Bucker sur le Bokeh -Part 2

(partie 1)

Maintenant que vous savez ce que c’est un bokeh, voyons voir sur quel piton il faut peser sur notre gros kodak. Je vous averti : il y en a plus qu’un et on ne peut pas toujours tous les appuyer en même temps. Ce n’est quand même pas un piano ! On n’entends pas les plus beaux accords dans toutes les tounes qui passent à la radio ! Il n’y a donc pas de recette miracle pour atteindre exactement le bokeh que vous recherchez. Je vais utiliser des gros mots de photo qui vont peut-être donner des migraines aux beginners mais continuez à lire. Ignorez ces mots étranges du lexique photographique et concentrez-vous sur ce qui est écrit en gras.

La Gear

Je répète sans cesse que le matos qu’on utilise n’a aucune importance même si ça passe dans le beurre et c’est vrai… la plupart du temps. Sauf que dans le cas du bokeh, ça a son influence.

Le choix de la lentille va influencer la capacité à brouiller son arrière-plan et même sa qualité soyeuse. Plus la distance focale est grande, plus le bokeh va être smooth. Ce qui veut dire qu’un téléphoto 300mm va donner un bokeh plus facilement qu’un wide angle 20mm. Il y a des lentilles spécialisées pour le macro qui sont naturellement meilleures côté bokeh.

En général, plus ta lentille te donne l’impression de regarder à travers des jumelles, plus il te sera facile de faire un beau flou.

"Le Chapeau-Plûme" ©2011 MAO – Sophie Ouch

Peu importe la lentille choisie, il faudra ouvrir le diaphragme de l’objectif le plus grand possible. Il y a des lentilles qui ont une ouverture maximum qui laisse passer beaucoup de lumière et d’autres moins.

Plus ton objectif est lumineux, plus ton bokeh sera mielleux. C’est symbolisé par un f/un petit chiffre. (genre f/1.8 par exemple).

Concernant l’équipement, ce sont les spécifications idéales mais peu importe ce qu’on a, on peut toujours faire du flou… volontairement, je veux dire ! ;) Pour le prouver, on n’a qu’à aller voir ma "Madame Fuck You" qui a été créée avec une wide angle.

Un petit f

Au moment de l’exposition, vous le devinerez, on doit s’attarder sur un petit f. Plus on ouvre l’objectif, plus le bokeh va être du type crémeux et plus les boules seront grosses et rondes. Sauf que du même coup l’espace qui sera clair et net sera plus petit. Logique et problématique ! Pourquoi ? Parce qu’il sera plus difficile de placer son focus au bon endroit et on peut perdre des bouts de notre sujet principal. Il est important de ne pas trop réduire cette portion puisque c’est quand même lui qu’on veut mettre en vedette et non l’arrière-plan !

Plus ton f est petit, plus ton background sera flou.

"L’Histoire de la coccinelle" ©2010 MAO – Sophie Ouch

Quelques fois, il peut-être opportun de ne pas maximiser son bokeh parce que le contexte est utile à l’histoire que l’on veut raconter ou parce que artistiquement, un peu de texture plaît à notre oeil. Il ne suffit donc que de fermer un peu son objectif. Au lieu de f/1.8, par exemple, on peut aller vers un f/4. Ne prenez pas exactement ces chiffres comme settings puisqu’il y a d’autres facteurs à considérer !

Il faut juste comprendre que pour réduire la grosseur des boules ou pour rendre un bokeh moins brumeux avec plus de texture, il faut un f avec un plus gros chiffre.

"La Rue à Dble G" ©2011 MAO – Sophie Ouch

"Petit Tronc", ©2011 MAO – Sophie Ouch -

N.B. Dans le monde de la Photo, il y en a beaucoup qui qualifie le bokeh "ligneux" comme celui de "Petit Tronc", ci-haut, et les boules polygonales, comme étant du mauvais bokeh. Je ne suis personnellement pas d’accord mais n’étant qu’une newbie je veux simplement que vous soyez aware des standards de la Photographie !

La Distance

O.K. bon. Admettons que je trouve ça trop compliqué ou que je n’aie pas un gros kodak comme MAO ? Que tu aies un DSLR ou un Point and Shoot, que tu shoots manuel ou automatique, Le facteur de la distance est la clef ! Il y en a 2 en fait : celle entre toi et ton sujet et celle de ton sujet et son background. (Pour ceux qui ont un point and shoot, mettez vous en fonction macro.)

Plus tu es proche de ton sujet, plus ta portion nette sera petite et plus ton flou sera important. Plus ce qu’il y a derrière ton sujet sera loin, plus il sera embrouillé et difficilement reconnaissable.

Rappelons-nous ce que l’on fait quand on observe un tout petit bidule : on le rapproche de nos yeux et on ouvre nos paupières (diaphragme) au max. Notre cerveau va brouiller ce qu’il y a derrière.

"Ari" ©2012 MAO – Sophie Ouch -

Tout est clair ! euh…

Bon, o.k., ouais. Il faut jouer avec sa propre position physique, se rapprocher de son sujet et choisir le bon angle : C’est pigé. C’est ben beau la théorie mais à chaque fois qu’on arrive sur le terrain, on dirait que la seule chose qui  vient flou est notre cerveau. Faisons une mise en situation. Admettons que l’on fait un portrait et que tout est net sur le visage sauf le nez :

  1. Tu adores le bokeh : Recule un peu avant de te résigner à fermer un peu ton ouverture.
  2. Tu adore la composition : Ferme un peu ton ouverture. Si ça marche, tu ne seras pas obligé de bouger.
  3. Le visage est net mais le background n’est pas assez flou : Agrandi ton ouverture et/ou avance toi vers ton modèle et/ou change ton angle pour avoir un background plus loin.

Dans le cas d’un portrait, ce sera moins chiant si les expérimentations sont faites dehors lors d’une journée nuageuse et très lumineuse. (On n’aura pas à se soucier des ombres et il y aura assez de lumière pour exposer librement.)

Dans la vraie vie, le bokeh est super puissant pour établir un mood mais, je répète, il demeure accessoire. Ce qui prime avant tout est une bonne composition et une bonne exposition. On n’a pas toujours le luxe de prendre son temps. On n’a pas toujours assez de lumière. On n’est pas toujours sur un lieu qui nous permet de bouger à notre guise.

C’est à peu près la base en ce qui concerne le bokeh. Il y en a assez là pour passer à table mais pour ceux qui ont encore faim, on peut peut-être rajouter un peu de crème fouettée au dessert…

La cerise sur le sunday

  • Des fois, des choses bloquent notre vue. Sauf que j’ai découvert cette année que lorsque c’est vraiment très proche de sa lentille, on va voir à travers et ça va créer un voile… un mood. Il est certain que ce ne sont pas toutes les obstructions qui réagissent ainsi ! Peu importe à quel point tu colles ton objectif sur un mur de briques, je peux t’assurer qu’il ne disparaîtra pas même si tu mets ton focus derrière. :P Pour illustrer ce que je veux dire, je vais faire ce que je ne fais jamais : montrer un original ! (La photo n’a été que re-dimensionnée et rendue plus sharp pour le web) Le voile orangé est obtenu par les feuilles mortes d’une vigne qui était sur la clôture en avant-plan. Vous remarquerez que le barbelé de la clôture lui-même a disparu. C’est inspiré en fait d’une vieille technique de soft focus où on place un bas de nylon sur la lentille. Je vous en avais déjà parlé dans ma chronique "Je t’aime un peu, beaucoup… à la Folie !".

"Rare Original", ©2012 MAO – Sophie Ouch -

  • Les nombreux articles sur le net à propos du bokeh ne parlent que des fameuses boules alors je n’irai pas en détail sur le sujet. Elles sortent plus clairement avec des lumières artificielles. Le meilleur moyen pour avoir un méga hit facile est de sortir les lumières de noël et de les enligner pour les faire sortir d’une tasse, genre. ;) La seule chose que je vais ajouter est qu’un peu d’humidité aide également à les former comme une rosée du matin. Des surfaces qui réfléchissent la lumière comme du métal peuvent aussi en faire. La forme de la boule dépend de la forme du diaphragme de l’objectif. On peut également customizer l’aspect en découpant un gabarit au milieu d’un carton noir et le fixer directement sur votre objectif. Au lieu d’avoir des boules, on aura des coeurs, des étoiles ou n’importe quel symbole désiré. Il n’est absolument pas nécessaire d’acheter les kits vendus en magasin puis que c’est si simple à faire. Je ne l’ai jamais fait, je ne peux pas vous montrer d’exemple : ça ne m’a jamais intéressé. C’est une question de goûts personnels, c’est tout.

"Bokeh Night", ©2011 MAO – Sophie Ouch -

  • Il est évident que le bokeh peut être reproduit par ordinateur mais justement, parlant de goûts personnels, même quand c’est extrêmement bien exécuté, ça paraît. Bien que j’aime beaucoup éditer sur photoshop, je crois dur comme fer qu’il n’y a rien de mieux esthétiquement que de le faire avec la caméra. Même mal fait, il sera plus beau que celui généré par une machine. Chacun sa religion ! Voilà pourquoi, je ne vous expliquerai pas comment on peut le faire artificiellement. L’unique chose à considérer au niveau du post-process est le sharpening. Il n’y a absolument aucune raison de rendre un flou plus net, n’est-ce pas ? Au contraire, ça ne va que lui ajouter du bruit non-esthétique. Le sharpening en fait détruit les pixels en augmentant le contraste. Je vous conseille donc vivement à apprendre comment utiliser les masques et augmenter sélectivement la netteté uniquement sur ce qui doit l’être.

« Novembre » ©2010 MAO – Sophie Ouch

  • Le Bokeh peut devenir votre sujet principal. Il n’y a aucune limite à votre créativité. Il y a d’ailleurs un de mes photographes préférés qui joue beaucoup avec le Out of Focus : Hengki Lee. Allez y jeter un coup d’oeil ! C’est un grand Artiste ! Sa façon de procéder est fort simple mais difficile à maîtriser. Il place son focus manuellement sur quelque chose de plus près et ensuite recadre l’image ailleurs sans changer le focus.

Il n’y a d’illimité en Art que le flou, le vague, le confus.", Romain Rolland

  • Variez votre angle et choisissez votre background lorsque cela est possible. Le flou crémeux n’est pas toujours parfaitement uni. C’est le temps de sortir l’Artiste en vous et ajouter une tache de couleur par ici, des lignes droites par là et etc ! Certaines surfaces comme un bâtiment ou un arbre vont produire des tracés comme si on peignait un tableau avec une spatule. Multipliez les avant-plans et les arrière-plans. Vous mélangerez alors plusieurs types de bokeh sur une seule image. Jouez avec la couleur et traînez-vous des sacs de plastique ou n’importe quoi qui réfléchi la lumière et/ou qui contient de gros contrastes comme des grosses rayures pour utiliser comme background. Ça peut être utile pour construire votre bokeh. Il faut apprendre à voir comme si on avait une paire de lunettes avec une grande force qui donne mal à la tête tellement on voit mal avec.

"Les Aristocrates" ©2012 MAO – Sophie Ouch

Voilà, c’est tout ! Il se pourrait que je vous revienne avec d’autre découvertes sur le sujet dans le futur mais je crois que j’en ai dit pas mal "bokeh" pour aujourd’hui ! (click)

Commentaires

  1. excellent article!

  2. Ulrich von Bek dit:

    Ton article donne envie d’essayer. Moi qui suis réfractaire à la photo, je commence à me demander si je ne vais pas m’en acheter un.

  3. Excellents textes et les photos sont très bien choisies, un gd bravo Mao, ça vas en aider pas mal, longue vie a ton blog ºJº

  4. Merci Sophie! :) Je vais aller exercer tout ça pendant mon heure de dîner et je t’en redonnerai des «news»!!

  5. Je trouve vos photos vraiment jolies et de bonnes explications sont apportées!

  6. Dorénavant, quand j’aurai besoin de faire un lien depuis mon blog vers un billet qui explique simplement et de manière aussi riche le principe et la technique du bokeh, je le ferai ici.

Rétroliens

  1. [...] Bucker sur le Bokeh – Part 2 [...]

  2. [...] je vous avais mentionné que l’on pouvait jouer avec le bokeh en avant plan dans la chronique Bucker sur le Bokeh -Part 2. C’est exactement ce qui se passe ici. En fait, c’était plutôt arrivé [...]

  3. [...] Alors, vous avez pigé ce que c’est un bokeh ? Maintenant, vous voudriez savoir comment on fait pour le faire, hein ? Je vais faire ma Fabienne Larouche et vous couper ça au plus intéressant pour tout vous révéler… la semaine prochaine ! hé hé hé ! (part 2) [...]

pow !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  461 followers

%d bloggers like this: