On Jase-là…

"L’Histoire à Lebel" ©2011 MAO – Sophie Ouch

Il y a quelques semaines, j’ai écrit un article Wannabe Fresh ta Death  à propos de quelques casquettes que je m’étais amusé à customizer. À ma grande surprise, une discussion intéressante à propos du marketing et du networking s’en est suivie. Ça tournait pas mal autour des commentaires. Qu’est-ce qui fait que quelqu’un veut te suivre ? Comment une discussion peut-elle être déclenchée ?

Personnellement, c’est une question dont je n’ai pas la réponse. Socialiser dans la vraie vie est loin d’être ma force. Je suis celle qui écoute. Je suis entourée de plusieurs bavards et d’autres qui ne sont pas nécessairement des pies mais qui ont pourtant toujours quelque chose d’intéressant à dire. Qu’est-ce qui est intéressant ? Cela dépends de nos goûts communs, nos intérêts, je sais bien. Il y a de ces gens que je qualifie de charismatiques qui ne parlent pas nécessairement de grandes choses tout le temps mais peu importe ce qu’ils disent, aussi banal que cela puisse être, ça intéresse tout le monde. Ce pouvoir sympathisant et rassembleur m’a toujours fascinée.

"La Joke à Joe" ©2011 MAO – Sophie Ouch

Par rapport à la photo, s’inscrire sur les médias sociaux pour diffuser ses oeuvres est un outil fort utile. En publiant, on part une conversation presque comme dans la vraie vie sauf qu’il n’y a pas de premier contact de regard, de présentation par un ami commun. C’est comme brandir une photo sur le bord d’un trottoir en espérant qu’un passant ou 2 tournent la tête. Sauf que sur le net, chacun expose un truc au bout de ses bras ! "Regarde la mienne, je vais regarder la tienne." Est-ce qu’on se suit pour se suivre ou est-ce qu’on apprécie vraiment ce que l’autre fait ? Et puis trouve-t-on toujours le temps de tout voir ? Si vous êtes comme moi à vraiment observer ou lire attentivement, je vous jure que ça en prend du temps. Le petit sablier ne ralenti pas. On finit par se faire des listes et ne suivre que quelques heureux élus mais selon quels critères ? Le web offre plusieurs façons différentes pour visionner le contenu que ce soit sur twitter ou des communautés de photographes par exemple. J’aime beaucoup wordpress avec son système de notifications par e-mail et c’est là où je suis la plus fidèle : sur les blogs.

"La Leçon de Guitare" ©2010 MAO – Sophie Ouch

Il faut d’ailleurs faire une certaine distinction entre "blog" et "photoblog". Je n’ai fait aucune recherche, ceci est mon interprétation libre. Un blog, selon moi, est un recueil d’opinions et d’histoire écrites. Un photoblog est un album de photo publiées individuellement ou par thème. Bon, il y a plusieurs variantes mais en gros, c’est comme ça que je vois ça. Selon ces définitions home made, j’ai observé un meilleur feedback sur les blogs mais un plus grand partage sur les photoblogs. On m’a expliqué que l’apport de commentaire est une question d’implication. En publiant une simple photo sans texte, sans histoire, sans opinion, on n’aide pas beaucoup les gens à dire autre chose que "nice". (Qui en passant, je ne sais pas pourquoi, n’est vraiment pas cool comme commentaire. Un "j’aime", "wow" ou "C’est beau", dans le style de réponses courtes, valent 100 fois mieux.) Le fait de s’impliquer, de partager notre pensée incite l’interlocuteur à réfléchir sur ce qu’on a dit, être en accord ou non ou à demander quelques précisions sur le sujet.

"Le Penseur", ©2010 MAO – Sophie Ouch

Il y a, dans la photographie, l’aspect de pouvoir s’exprimer par des images sans avoir à parler qui me charme énormément. (d’où mon attrait paresseux pour le simple "like" ou "+1" qui m’évite de chercher des mots intelligents pour faire un bon commentaire dans le networking) Au début, je refusais toute annotation croyant que si le message n’était pas passé à la simple vue de l’image, la photo était ratée. J’y crois encore un peu mais pas de façon aussi radicale, noir sur blanc. J’ai découvert à travers le temps qu’il y avait beaucoup d’inside dans mes photos et que le contexte est nécessaire pour que les gens apprécient ou non la façon dont j’ai interprété la scène. Les photographes, en général, sont si passionnés et obsédés par l’apprentissage et l’amélioration de leur oeuvre qu’un minimum de feedback est important pour leur motivation. Qu’ils le suscitent en accompagnant la photo des détails techniques, d’un proverbe sur la vie ou d’une histoire, je demeure convaincue que le meilleur moyen d’avoir de l’appui est de créer quelque chose de personnel et d’excellente qualité. Avant de réclamer des félicitations, on doit d’abords le mériter, je me dis. Ça prends du temps, de la persévérance et… beaucoup d’appuis ! (sic!)

"THE SECRET : do good work and share it with people", Austin Kleon.

About these ads

Comments

  1. Je ne sais pas si on apprécierais dans la "vrai" vie mais ce qui est sur c’est que j’aime beaucoup chacun de tes billets.
    pour ma part je fonctionne comme les photosblogs que tu décris. Je ne donne quasiment aucune explication et cela me convient. Beaucoup de mes amis me reprochent de ne pas dire pourquoi ceci ou cela ou comme ci ou comme ça ( j’essaierais de faire des efforts).
    De très bon blogs le font parfaitement et peut-être que je ne me sent pas à la hauteur, et surtout,n’en ressent pas le besoin.
    Pour ma part j’aime les like, wow, etc… cela me suffit pour m’apercevoir de l’intérêt porté à tel ou tel image.
    De bien belles photos accompagnent ton article. Bravo.
    Merci beaucoup.

    • Merci beaucoup ! En fait, ce qui compte le plus est que tu en ressentes le besoin ! Avant tout, il faut s’écouter. J’ai vu un nombre incalculable de profil/site/blog/etc où l’Artiste ne prenait même pas le temps de répondre aux questions ou commentaires. C’est envers notre personne qu’il faut demeurer fidèle, je me dis. Si on est un introverti, pourquoi jouer l’extraverti ? Personnellement, moi, je le fais pour me forcer à sortir de ma bulle car… j’en ai besoin ! ;)
      Je trouve ça bien des fois de ne pas expliquer ce qu’on a vu parce que ça laisse plus de place à l’imaginaire. L’interprétation personnelle des autres peut être fort intéressante !

  2. Ulrich von Bek says:

    Oui, un minimum d’explication est nécessaire. Une oeuvre qui fait rire est réussie… si elle est destinée à amuser, pas si elle devait susciter la tristesse.

    Après, le bon équilibre est toujours délicat à trouver.

    • C’est ce que j’ai appris avec le temps. Un débat qui revient quelques fois sur les forums va plus loin que ça en critiquant même la pertinence de mettre un titre sur une photo !

      • Ulrich von Bek says:

        Personne n’est obligé de communiquer avec des mots (mettre un cadre à petites fleurs autour d’une photo d’enterrement est aussi une communication). Disons que c’est le moyen le plus direct. Cela me rappelle certains "artistes" qui s’entourent de mystère et se plaignent ensuite que le public boude leurs oeuvres. Mais bien souvent, le public ne se sent pas concerné.

        À l’argument "cette oeuvre ne me touche pas", j’ai souvent entendu des critiques d’art rétorquer qu’il fallait prendre en compte le contexte et le parcours de l’auteur. Je ne suis pas d’accord : s’il faut une explication de texte pour apprécier quelque chose, alors ce quelque chose n’est pas de l’art. Il peut s’agir d’une oeuvre intéressante, mais il me semble que l’art est ce qui nous émeut (au sens premier du terme : quelque chose bouge en nous) alors même qu’il n’y a pas de raison à priori. Une phrase qui nous touche par sa formulation ou le choix des mots est de la poésie quand bien même le sens est banal ou nous échappe.

        C’est, je pense, cette qualité là qu’il faut viser dans le rapport entre une photo (ou n’importe qu’elle autre oeuvre ; on a vu des poêmes précédés d’une mise en exergue) et sa mise en contexte : que l’ensemble nous touche, quelqu’en soit le moyen.

        • L’Art a quelque chose de flou puisqu’il prends plusieurs formes. Quelques fois, le visuel n’est qu’un prétexte puisque tout l’aspect "Artistique" repose dans son concept. On a qu’à penser au Ready-Made de Duchamp, par example cette pelle ;)

  3. Ton article me fait penser à un truc que j’ai remarqué : beaucoup de personnes abandonnent le dessin ou la peinture pour la photographie, parce que c’est plus immédiat. Erreur de leur part : il faut autant de temps et de travail pour développer un style personnel en photo.

    • Sauf que j’imagine que ces Artistes ont une certaine longueur d’avance, non ? Ils ont déjà l’habitude de composer et de jouer avec les éléments visuels artistiques. (la ligne, les couleurs, etc) En fait, je serais curieuse de comparer leurs photos et leurs tableaux ?
      En effet, la technique est longue à maîtriser. Ça me fait penser à tous ces beginners qui insistent pour acheter un plus gros appareil qu’ils en ont besoin pensant ainsi qu’ils feront de bonnes photos. Moi, ça me désole de voir ces beaux gros jouets qu’ils ne sortent qu’à Noël, ramasser la poussière sur leur tablette… Il faut y mettre un minimum d’effort ! Il faut un peu plus que de simplement appuyer sur un piton !

  4. Moi je t’appuie en tout cas, parce que je crois en toi et en ton talent!!

    P.-S.: Je ne sais pas si c’est mon ordi, mais il y a seulement "la leçon de guitare" qui parait, les autres, je vois seulement le titre…

pow !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 486 autres abonnés

%d bloggers like this: